05
Juin

Moringa, une plante puissante !

Le Moringa oleifera est un arbre à croissance rapide originaire d’Asie du Sud, que l’on trouvé maintenant partout à travers les tropiques. Ses feuilles sont utilisées dans la médecine traditionnelle depuis des siècles, et le système ayurvédique de médecine l’associe à la guérison ou à la prévention d’environ 3000 maladies.

 Le Moringa, décrit parfois comme « l’arbre miracle », « l’arbre pilon » ou « l’arbre de raifort », a de petites feuilles arrondies contenant une quantité incroyable d’éléments nutritifs: protéines, calcium, bêta-carotène, vitamine C, potassium… nommez-le, Moringa l’a. Ce n’est pas étonnant qu’il soit utilisé en médecine (et comme source nutritive) depuis au moins 4 000 ans.

Le fait que le Moringa grandisse rapidement et facilement le rend particulièrement attrayant pour les régions pauvres, et il a été utilisé avec succès pour stimuler l’apport nutritionnel au Malawi, au Sénégal, en Inde. Dans ces zones, le Moringa pourrait être l’aliment le plus nutritif disponible localement, pouvant d’ailleurs être récolté toute l’année.

Personnellement, je cultive un arbre Moringa depuis deux ans et je peux attester du fait qu’il pousse comme une mauvaise herbe. Pour ceux qui vivent dans les pays du tiers-monde, il peut s’avérer une source précieuse de nutrition.

Cependant, malgré ses bienfaits pour la santé, je ne vous recommande pas d’en planter un dans votre jardin, car ses feuilles sont très petites et la récolte des feuilles pour les manger est une tâche extrêmement fastidieuse et chronophage.

Les feuilles sont minuscules et difficile à récolter et à utiliser, c’est pourquoi vous allez probablement considérer, comme moi, que cultiver un Moringa n’en vaut pas la peine. Ceci dit, il est indéniable que le Moringa offre un profil nutritionnel impressionnant qui le rend attrayant une fois qu’il est récolté…

6 raisons pour lesquelles le Moringa est réputé être un « Superaliment »

1. Un orofil nutritionnel riche

Les feuilles du Moringa sont chargées en vitamines, minéraux, acides aminés essentiels et bien plus encore. Cent grammes de feuilles sèches de Moringa contiennent:

– 9 fois plus de protéines que le yaourt

– 10 fois plus de vitamine A que les carottes

– 15 fois plus de potassium que les bananes

– 17 fois plus de calcium que le lait

– 12 fois plus de vitamine C que les oranges

– 25 fois plus de fer que les épinards

2. Enormément d’antioxydants

Les feuilles de Moringa sont riches en antioxydants, dont la vitamine C, le bêta-carotène, la quercétine et l’acide chlorogénique. Ce dernier, l’acide chlorogénique, s’est avéré avoir la capacité de ralentir l’absorption du sucre par les cellules et les études sur les animaux ont démontré qu’il réduit le taux de sucre dans le sang. Comme noté dans Asian Pacific Journal of Cancer Prevention:

« On a démontré que les feuilles de l’arbre Moringa oleifera ont des propriétés antioxydantes grâce à leur grande quantité de polyphénols.

Les extraits des feuilles mûres ainsi que des feuilles jeunes du Moringa oleifera montrent une forte activité anti-oxydante contre les radicaux libres, prévenant l’oxydation des grandes biomolécules et conférant une protection significative contre le stress oxydatif. »

De plus, dans une étude sur des femmes prenant 1 et ½ cuillère à café de poudre de feuilles de Moringa par jour pendant trois mois, les niveaux d’antioxydants dans le sang ont considérablement augmenté.

3. Il diminue le taux de sucre dans le sang

Le Moringa semble avoir des effets antidiabétiques, probablement grâce à des composants végétaux bénéfiques retrouvés dans les feuilles, parmi lesquels les isothiocyanates. Une étude a montré que les femmes qui ont pris sept grammes de poudre de feuilles de Moringa chaque jour pendant trois mois ont réduit leur taux de sucre dans le sang, à jeun, de 13,5%.

Une recherche indépendante a relevé que l’ajout de 50 grammes de feuilles de Moringa dans un repas, réduit l’augmentation du sucre dans le sang de 21% chez les patients diabétiques.

4. Il est anti-inflammatoire

Les isothiocyanates, les flavonoïdes et les acides phénoliques dans les feuilles de Moringa, les cosses et les graines ont également des propriétés anti-inflammatoires. Selon le journal Epoch Times:

« La forte action anti-inflammatoire de l’arbre est traditionnellement utilisée pour traiter les ulcères d’estomac. On a démontré que l’huile de Moringa (parfois appelée l’huile Ben) protège le foie contre l’inflammation chronique. L’huile est unique en ce sens que, contrairement à la plupart des huiles végétales, le Moringa résiste au rancissement.

Cette qualité permet une bonne conservation des aliments qui peuvent s’altérer rapidement. Cette huile douce est utilisée à la fois pour la friture ou dans une vinaigrette. Elle est également utilisée topiquement pour traiter les problèmes antifongiques, l’arthrite et c’est un excellent hydratant pour la peau. »

5. Il maintient le taux de cholestérol sain

Le Moringa a également des propriétés pour diminuer le cholestérol et une étude animale a prouvé que ses effets étaient comparables à ceux d’un médicament hypocholestérolémiant – la Simvastatine. Comme indiqué dans le Journal of Ethnopharmacology:

« Le Moringa oleifera est utilisé dans la médicine thaïlandaise traditionnelle en tant que cardiotonique. Des études récentes ont démontré son effet hypocholestérolémique.

… Chez des lapins nourris d’hyper-cholestérol, après 12 semaines de traitement, celui-ci a significativement diminué (P<0.05) le taux de cholestérol et a réduit la formation de la plaque d’athérosclérose à environ 50 et 86%, respectivement. Ces effets étaient à des degrés comparables à ceux de la Simvastatine.

… Les résultats indiquent que cette plante possède des activités antioxydantes, hypopidémiques et antiathérosclérotiques et elle a un potentiel thérapeutique pour la prévention des maladies cardio-vasculaires. »

6. Il protège contre la toxicité de l’arsenic

Les feuilles et les graines de Moringa peuvent protéger contre certains effets de la toxicité de l’arsenic, ce qui est particulièrement important si l’on observe les études récentes démontrant que les aliments de base communs, tels que le riz, peuvent être contaminés. La contamination des eaux souterraines par l’arsenic est également devenue un sujet d’inquiétude de la santé publique mondiale, et une étude a relevé:

« La co-administration de la poudre de graines de M. oleifera [Moringa] (250 et 500 mg/kg, par voie orale) avec de l’arsenic a augmenté de façon significative l’activité des SOD

[superoxyde dismutases], de la catalase, et de la GPx avec la croissance du niveau de GSH réduit dans les tissus (foie, rein et cerveau)

Ces changements ont été accompagnés d’une diminution d’environ 57%, 64%, et 17% dans les ROS du sang [les dérivés réactifs de l’oxygène], la métallothionéine du foie (MT), et la peroxydation des lipides, respectivement, chez les animaux co-administrés avec du M. Oleifera et de l’arsenic.

Une autre observation intéressante a été l’absorbation réduite de l’arsenic dans les tissus mous (55% dans le sang, 65% dans le foie, 54% dans les reins et 34% dans le cerveau) après l’administration de M. poudre de graines de oleifera (en particulier à une dose de 500 mg / kg).

On peut ainsi conclure conformément à la présente étude que l’administration concomitante de la poudre des graines M. oleifera avec de l’arsenic pourrait protéger de façon significative les animaux contre le stress oxydatif dans les grandes molécules et peut réduire la concentration d’arsenic dans le tissu. Ainsi, l’administration de M. oleifera poudre de graines pourrait aussi être pendant une thérapie de chélation… »

Les feuilles de Moringa peuvent même purifier l’eau… et plus…

Du point de vue digestif, le Moringa est riche en fibres qui, comme le journal Epoch Times l’a dit, « fonctionne comme un balai à franges dans vos intestins…pour nettoyer toute cette crasse supplémentaire déposée après un régime gras. » De même, il convient de noter ses isothiocyanates, qui ont des propriétés antibactériennes qui peuvent vous aider à débarrasser votre corps de H. pylori, une bactérie impliquée dans les gastrites, les ulcères, et le cancer gastrique.

On a découvert que les graines de Moringa fonctionnent mieux pour la purification de l’eau que la plupart des matériaux synthétiques conventionnes en usage aujourd’hui.

Selon l’Université Uppsala:

« Une protéine dans les graines s’attaque aux impureté, les faisant se regrouper de sorte que ces amas soient séparés de l’eau. L’étude…publiée dans le journal Colloids and Surfaces A fait un pas vers l’optimisation du processus de purification de l’eau.

Les chercheurs d’Uppsala avec des collègues de Lund et de Namibie, de Botswana, de France et des Etats-Unis ont étudié la structure microscopique des agrégats formés avec la protéine.

Les résultats montrent que les amas de matière (flocs) produits avec la protéine sont beaucoup plus serrés que ceux formés avec les agents floculant conventionnels. C’est mieux pour la purification de l’eau, car ce type de flocs sont séparés plus facilement. »

Il y a des spéculations que la capacité du Moringa à se fixer sur des matières nuisibles pourrait fonctionner dans le corps aussi, ce qui fait que le Moringa pourrait être un outil de désintoxication.

Coment utiliser le Moringa

Si vous avez accès à un arbre Moringa, vous pouvez utiliser les feuilles fraîches dans vos repas; elles ont une saveur similaire au radis. Utilisez-les comme de la salade, mélangez-les dans des smoothies ou faites-les bouillir comme les épinards. Une autre option est d’utiliser la poudre de Moringa, soit sous forme de supplément, soit ajoutée dans des smoothies, des soupes ou autres plats comme élément extra-nutritif. La poudre de Moringa a une saveur distinctive « verte », donc vous pourriez commencer petit à petit lorsque vous l’ajoutez dans vos repas.

Vous pouvez également utiliser l’huile de Moringa organique, pressée à froid (ou huile de ben), bien qu’elle soit couteuse (environ 15 fois plus que l’huile d’olive). Comme indiqué, si je ne vous recommande pas de planter un arbre Moringa dans votre jardin (un arbre à croissance rapide peut atteindre 5 à 10 mètres en quelques années), vous pourriez essayer les feuilles ou la poudre si vous en trouvez dans votre magasin d’alimentation diététique. Tel que rapporté par Fox News, c’est une plante alimentaire qui possède de nombreux pouvoirs potentiels de guérison:

« Pratiquement toutes les parties de la plante sont utilisées pour traiter l’inflammation, les troubles infectieux et divers problèmes des systèmes cardio-vasculaire et digestif, tout en améliorant la fonction hépatique et le débit de lait chez les mères qui allaitent. Les utilisations du Moringa sont bien documentées à la fois dans les systèmes ayurvédique et Unani de la médecine traditionnelle, deux des systèmes de guérison les plus anciens du monde.

Le Moringa est riche en divers composants bénéfiques pour la santé, parmi lesquels la moringine, la moringinine, les antioxydants puissants la quercétine, le kaempférol, la rhamnétine et divers polyphénols. Les feuilles semblent attirer le plus d’attention sur le marché, notamment grâce à leur utilisation dans la baisse de l’hypertension artérielle, la lutte contre la rétention d’eau dans le corps et la diminution du cholestérol.

Les études démontrent que les feuilles du Moringa ont une activité contre les tumeurs et les cancers, grâce à un composant nommé niaziminin. Des expériences préliminaires montrent également une activité contre le virus Epstein-Barr virus. Apparemment, certains composants de la feuille aident à régler la fonction thyroïdienne, surtout dans les cas de glande tyroïde hyperactive. Des recherches plus poussées mettent en évidence une activité antivirale dans le cas de l’Herpes simplex 1. »

Authority Nutrition

Epoch Times March 27, 2015

Kuli Kuli Foods, Moringa

Epoch Times March 27, 2015

Asian Pac J Cancer Prev. 2014;15(20):8571-6.

Journal of Food Science and Technology November 2014, Volume 51, Issue 11, pp 3464-3469

Biomed Res Int. 2015;2015:381040.

International Journal of Food Sciences and Nutrition 1993, Vol. 44, No. 3 , Pages 191-195

J Ethnopharmacol. 2008 Mar 28;116(3):439-46.

Asian Pac J Trop Biomed. 2014 May;4(Suppl 1):S353-8.

Cell Biol Int. 2007 Jan;31(1):44-56. Epub 2006 Sep 15.

Epoch Times July 14, 2015

Uppsala University December 5, 2013

Colloids and Surfaces A: Physicochemical and Engineering Aspects Volume 460, October 20, 2014, Pages 460-467

Fox News November 12, 2014